Crochet du gauche

Elus FN en Région PACA : la stratégie du pourrissement de la vie des immigrés

Le 5 novembre 2016, Marion Maréchal Le Pen se félicitait dans un tweet d’avoir fait retirer 80 000 € de subventions « aux associations pro-immigration ». Leur défaut ? Avoir un nom comportant le mot « immigré ».

Que ceux qui continuent d’intervenir bénévolement pour faire accéder les personnes immigrées à leurs droits ou organiser des cours d’apprentissage du français se le disent : face à cette décision de l’assemblée régionale de PACA et soutenue par le groupe front national, leur intervention frôle désormais, pour les représentants régionaux, l’action clandestine. Et tant pis si ces structures parfois anciennes créées dans les années 1970 ou 1980 sont des partenaires quasiment institutionnels des préfectures ou des villes qui se reposent sur ces associations pour orienter correctement les personnes pour qu’elles fassent valoir leurs droits.

N’en déplaise aux élus frontistes, ne pas avoir la nationalité Française ne signifie pas que l’on a aucun droit. Au cas où ils l’auraient oublié, la Déclaration des droits de l’Homme et du Citoyen le définit parfaitement. Il y est évidemment question des citoyens, sous entendus de nationalité Française, qui consentent à l’impôt pour le financement des charges publiques (article 13) ou qui peuvent élire des représentants (14). Mais dans un grand nombre d’articles (1, 2, 3, 7, 10, 11, 12), il est d’abord et avant tout question de l’Homme indépendamment de sa nationalité ou de son statut de citoyen.

Alors que veulent-ils faire ? Éviter que la population aide les migrants ? Pour quoi faire ? Décourager des candidats potentiels à l’immigration ou à l’exil et éviter que d’autres n’arrivent en ne voulant pas s’occuper de ceux qui sont déjà là ? Leur faire comprendre à quel point ils ne sont pas les bienvenus ? Empêcher des personnes de faire valoir leurs droits pour éviter qu’un jour ils ne deviennent Français et électeurs de gauche comme les élus frontistes se plaisent à le rappeler ? Pour ceux qui ne seraient pas au courant, je vous rappelle le plan qu’on a fixé avec les camarades lors de la dernière réunion : i) on fait venir le plus d’immigrés possibles 2) dans 10 ans un paquet deviennent Français 3) dans 15 ans ils votent à gauche et on remporte les élections. Ça vous va ? Parfait, on a bien bossé !

L’action du FN en PACA est avant tout symbolique. Financièrement tout d’abord car le contribuable leur sera redevable d’avoir agi efficacement en faveur de la suppression de 80 000 € de subvention sur un budget de 2,1 milliards d’euros, soit 0,0038 % ! Politiquement ensuite puisque cela permet de réaffirmer le vieux discours martelé depuis des années et qui consiste à dire qu’on en fait trop pour les immigrés et pas assez pour les Français les plus déshérités ou exclus.

Du discours aux actes, il y a malheureusement bien plus qu’un pas. Les bien maigres mais fameux 80 000 € économisés ont-ils été réalloués en faveur de politiques sociales de solidarité ? Ce n’est pas dans les compétences de la Région me direz vous en fin connaisseur de la répartition des rôles entre les collectivités locales. Vous n’y êtes même pas, la liste des subventions délivrées en 2015 par le Conseil régional PACA révèle qu’une association comme ATD quart-monde est bel et bien soutenue (22 000 €), tout comme 51 autres associations qui comprennent le mot « insertion » dans leur intitulé. Donc si les élus frontistes avaient réellement voulu mettre le paquet sur l’action sociale et l’insertion, ça se saurait.

Les élus FN sont donc coupables de ne pas vouloir aider la société civile et le mouvement associatif qui tente de donner un sens à l’Etat de droit, alors que dans le même temps, certains candidats à la primaire de la droite ont expliqué lors de leur dernier débat que la responsabilité de l’accueil des migrants dans les villes et les villages ne relevait pas seulement des collectivités publiques mais aussi des habitants. Ce que disent les élus FN aux citoyens face à la réalité dans laquelle ils prétendent être ancrés c’est « démerdez-vous, vous n’aurez pas un euro ».

Le FN est également coupable de vouloir hiérarchiser les misères et les situations précaires en orchestrant un joyeux mélange des genres. Le méchant migrant vole un toit au gentil Français pauvre, lequel avait intérêt à boire de l’alcool et à manger du porc pour bénéficier de la soupe populaire « au cochon », ouverte à tous bien-entendu, et que certains en 2004 avaient jugé fort utile de proposer aux personnes qui ont faim. La soupe que nous sert le FN mélange les situations et les problèmes, traite la grande précarité et l’exclusion sur le même plan que l’immigration que celle-ci soit économique, politique voire climatique. Elle vise à redonner un semblant de dignité à ceux qui ont le moins parce qu’ils sont Français !

Enfin le FN est coupable de tout faire pour ne pas permettre d’intégration en ne soutenant pas des initiatives destinées à donner des cours de Français qui est certainement une des premières choses à faire. C’est le cercle vicieux. La langue n’est plus simplement érigée en barrière mais également en frontière puisqu’on ne veut plus donner les moyens à ceux qui le voudraient d’apprendre le Français pour que cette langue qui leur est étrangère continue de l’être car ils sont étrangers.

Serge Armand, boxeur dans l’équipe de « C’est quoi la Gauche ».

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s