Crochet du gauche

Votez à droite !

Le débat de la primaire de la droite a montré la trajectoire qu’elle veut donner à la France. Une France recroquevillée sur elle, divisée entre les fonctionnaires et les professions libérales, les musulmans et les autres, les pauvres dont il ne faut plus se préoccuper et les riches qu’il faut davantage enrichir. Voilà l’horizon d’une droite dont les médias et l’opinion mainstream disent qu’elle va gouverner en 2017 la France.

Face à elle, la gauche de gouvernement semble ne plus y croire. Déboussolée, elle est aussi divisée, désarmée et incapable de proposer une vision émancipatrice. On semble s’attendre à l’évidente fatalité : redonner les clefs de la France à la droite la plus réactionnaire qui soit et ensuite… ben on verra…

Ce discours est tellement rabâché qu’il s’est inscrit dans le subconscient d’une partie des électeurs de gauche qui vont voter à la primaire (pour Alain Juppé, nous dit-on) pour éviter un retour de l’insoutenable Sarkozy. Voilà l’état de la gauche : voter Juppé pour éviter Sarkozy.

Je pense que le combat de la gauche n’est pas de tenter une hypothétique influence sur le scrutin de la droite. Mais, j’ai compris que c’est un réflexe de survie, une forme de baroud d’honneur pour sauver ce qui peut encore l’être. Eviter à tout prix un affrontement Sarkozy/Le Pen au second tour semble justifier toutes les initiatives.

Or l’horizon de la gauche pour 2017 dépasse le cadre restreint d’un vote à la primaire de droite, mais il est d’exiger de notre camp un projet fédérateur de transformation sociale, pour le renouvellement de la vie politique, la préservation de la laïcité, la protection des personnes les plus vulnérables. Je ne me lancerai pas dans la préoccupation du QUI pour porter un tel projet. Car d’abord, les querelles personnelles ont été toujours le talon d’achille de la gauche. Ensuite car je n’en sais rien. Et enfin parce que ce n’est pas à moi de le dire. La gauche peut mourir mais elle n’est pas condamnée à filer droit vers l’abattoir sans se débattre, sans chercher les moyens de son salut, sans faire appel à ce peuple qui fut à l’avant-garde de ses grandes victoires du passé : celles de 1981, de 1995 et de 2012.

C’est une responsabilité individuelle de se déplacer dimanche ou pas pour choisir entre Juppé/Fillon/Sarkozy/Copé/Poisson/LeMaire/Kosciusko-Morizet (le casting fait rêver, je l’avoue). Libre alors à chacun de faire son choix selon sa conscience. Mais il est évident rien que que l’envisager est déjà une défaite de notre camp politique.

La gauche doit avoir le monopole des idées progressistes. Elle doit être à l’avant-garde d’un véritable projet de libération de l’homme en lui conférant une dignité, de tissage d’un lien social par la pacification de l’espace public et de promotion de l’égalité entre les hommes selon leur sexe, confession ou situation sociale.

Voter à la primaire de droite est une manifestation d’une dernière volonté militante compréhensible. Mais le vrai travail de refondation de notre pays ne passera pas par cette droite néoconservatrice aux discours socialement violent.

La gauche doit sauver notre pays de cette droite qui rôde aux alentours toutes dents dehors.  Cela passera par un combat culturel de longue haleine, mais aussi par notre engagement au quotidien dans nos villes, boulots, associations, salles de sport… sur la nécessité de repenser un modèle arrivé à bout de souffle pour en imaginer un autre plus en phase avec les valeurs de liberté, égalité et fraternité.

Saladin, boxeur dans l’équipe de « C’est quoi la Gauche ».

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s