Général de Gauche

Qui êtes-vous Général de Gauche ?

Vous ne le savez sans doute pas, mais à « C’est quoi la Gauche », c’est Raymond qui fait le courrier (pour nous écrire, c’est ici). Depuis quelques temps il n’arrête pas de nous parler des mystérieux « messages » qu’il reçoit régulièrement et qui se terminent invariablement ainsi : « signé GdG ».

Après quelques semaines nous avons fini par nous y intéresser, puis par mener notre enquête. Nous avons alors appris que notre correspondant mystère se fait appeler « Général de Gauche ». Passablement intrigués nous avons voulu en savoir plus sur ce personnage haut en couleur qui nous écrit si régulièrement. Nous avons donc envoyé Fantassin le rencontrer chez lui, dans sa demeure de Pompertuzat-les-deux-églises, en plein cœur du sud-ouest.

Loin des réseaux sociaux et de la civilisation moderne, Fantassin est allé poser au Général toutes les questions qui nous brûlaient les lèvres. Nous vous livrons ici, en exclusivité mondiale pour « C’est quoi la Gauche », le texte intégral de cet interview du Général de Gauche.

Mise à jour : pour l’hommage de Raymond au Général, c’est ici.

sticker_gdg_v1

Fantassin, pour CQLG : Bonjour, merci de me recevoir. Pour commencer cet entretien je pense qu’une petite présentation s’impose, Général, peux-tu nous dire qui tu es ?

Général de Gauche : Jeune homme, vous me ferez le plaisir de me vouvoyer, on montre du respect à ses supérieurs et à ses aînés.

F. pour CQLG : Pardon, c’est vrai qu’on est plutôt relax d’habitude à #cqlg. Mais alors, comme doit-on vous appeler et pourquoi tous ces messages ?

GdG : Je suis également très détendu, ce n’est pas à mon âge que je vais commencer une carrière d’emmerdeur. On va faire simple, vous m’appelez par mon prénom, c’est : « Mon Général ».

F. pour CQLG : Euh… Très bien, Mon Général. Alors, ces messages ? Pourquoi cet intérêt pour #cqlg ?

GdG : Jeune homme, tout ceci est très simple. Mais d’abord, commençons par le commencement, je n’envoie pas des messages, j’adresse des appels. Les mots ont un sens jeune homme. Je ne suis pas venu à vous, vous êtes venus à moi. Vous avez répondu à l’appel, vous pourrez dire « j’y étais ».

F. pour CQLG : D’accord mais…enfin je veux dire, nous on a lancé un site et après vous nous avez écrit et…

GdG : Je suis premier, j’ai dit non. Non au renoncement, non à la lâcheté, non à l’échec. J’ai dit non à ceux qui voulaient baisser les bras, non à ceux qui voulaient rendre les armes. J’ai dit non à tous ceux qui voulaient abandonner nos idéaux et nos valeurs aux mains de l’ennemi sans même combattre, à tous ceux qui n’étaient pas assez hardis et dont le cœur n’était pas assez pur. J’ai commencé le combat, j’ai commencé tous les combats. Et j’ai lancé un appel et vous y avez répondu.

F. pour CQLG : Désolé mon Général, mais je ne vois toujours pas le rapport avec nous. Nous sommes seulement un site sur lequel on publie des articles de gauche, un truc sans trop d’ambition visant à produire du discours et de la pensée. On pose des questions, on essaye de faire réfléchir, d’éveiller les consciences…

GdG : Jeune homme, vous n’êtes pas vif… Eveiller les consciences, vaste programme. Mais heureusement, je vous ai compris.

F. pour CQLG : Euh…

GdG : Oui, je vous ai compris, même si vous ne comprenez rien ! Vous vous demandez ce qu’est la gauche ? Et bien c’est moi. Je l’aime, je l’incarne, je la vis. Et dans les moments de détresse, aux heures sombres où elle n’est qu’un champ de ruines, livrée à l’ennemi par les querelles fratricides de ceux qui devaient la protéger, j’émerge, je reviens, je prends les choses en main. Je convie tous les gauchos où qu’ils se trouvent à s’unir à moi dans l’action, dans le sacrifice et dans l’espérance !.. Mais je m’emballe.

Yvonne ?! Filez moi donc mes gauloises, que je me calme.

Bon, on en était où ?

F. pour CQLG : Vous m’expliquiez que vous nous aviez compris mon Général…

GdG : Oui. Alors voilà, moi, jeune homme, j’incarne. Mon boulot ce sont les situations désespérées, les grandes causes, les sursauts, les victoires arrachées au destin, l’espoir à outrance et surtout, surtout, je suis têtu.

F. pour CQLG : Têtu ?

GdG : Oui. Têtu, borné, butté. Quand j’ai décidé d’avancer, j’avance et l’intendance suivra. Moi quand je me lance, je me lance et j’ai de grandes jambes, alors faut suivre.

F. pour CQLG : Je ne suis pas tout à fait certain de voir où vous voulez en venir mon Général…

GdG : Pas grave, la vision, l’objectif, la ligne d’horizon, c’est mon rayon. Ne vous souciez pas de ça. Vous êtes là, c’est l’essentiel. Vous ferez la petite main.

Il vous faut comprendre, je suis l’âme des causes désespérées, mais avec moi on se redresse, on avance. On ne la joue pas défensive. J’ai une certaine idée de la Gauche jeune homme. Je vais même vous dire, je suis une certaine idée de la Gauche. Une Gauche courageuse, audacieuse, unie. Une Gauche humaniste, fière d’elle-même. Une Gauche de progrès, qui parle haut et qui regarde au loin.

Avec moi la Gauche ce ne sont pas les querelles de partis et la course aux egos. Avec moi la Gauche c’est la grandeur, l’ambition, l’indépendance, la force… Je parle d’apporter la lumière dans l’obscurité, de changer la vie, le progrès pour tous les hommes… Bref de grandes choses… Alors, vous en êtes ?

F. pour CQLG : Euh… oui, bien entendu, mais… Enfin je veux dire, mon Général, pourquoi on n’a pas entendu parler de vous plus tôt ?

GdG : Parce que moi je ne m’occupe pas de la gestion jeune homme. Je ne suis pas un épicier ou un notaire. Moi je viens insuffler l’espoir quand plus personne n’y croit, moi je me lève quand les autres sont à genoux. C’est dans les pires heures que je suis à mon meilleur.

Et puis bon, il faut le dire, parfois, je boude. Je suis l’esprit de la Gauche nom de moi ! Alors quand je vois trop de bassesse, trop d’indignité, trop de compromission et bien je me retire. Il faut me mériter jeune homme ! On vient à moi pour faire l’ultime sacrifice, au nom de l’Idéal, pas pour être élu deuxième adjoint à la mairie du bled du coin… Mais vous, vous me plaisez bien. Et puis ça commence à faire un moment que je me tiens en retrait, je suis un peu rouillé.

F. pour CQLG : Combien de temps mon Général ?

GdG : Ne vous souciez pas de ça jeune homme. Je me sens en forme. Et Yvonne dit que ça me fera du bien de voir des gens.

Je pense juste qu’elle en a marre de m’entendre enregistrer des messages radiophoniques à la cave.

F. pour CQLG : Vous êtes chroniqueur mon Général ?

GdG : Suffit. Nous ne sommes pas là pour parler du passé, la Gauche c’est le progrès jeune homme, toujours en avant, toujours à vouloir faire mieux, toujours vouloir entraîner les autres, élever l’esprit humain, avancer…

F. pour CQLG : Mon Général ?…

GdG : Voilà comment ça va se passer. Vous continuez votre « blog », vous faites vos billets, vous portez la bonne parole. Mais attention, je vous surveille ! Pas question de tomber dans les travers des impurs, pas question de montrer des signes de faiblesse. La Gauche il faut en être digne, c’est une passion exigeante, une flamme sacrée, c’est la grande cause. Elle attend de vous du courage, du dévouement et un engagement total.

Donc vous continuez et moi, chaque mois, je m’adresserai au pays, pour montrer le chemin.

F. pour CQLG : Euh… Vous voulez participez ? Nous sommes flattés mais… Faut que j’en parle aux autres. Enfin je veux dire, on n’a pas évoqué les contributeurs extérieurs et…on décide ensemble vous comprenez ?…

GdG : C’est décidé. Je ne participe pas, c’est vous qui participez à quelque-chose qui vous dépasse, même si vous n’en avez pas conscience.

Allé, à table maintenant, Yvonne a fait du poulet, moi j’adore ça. Posez votre crayon et allez-vous laver les mains, je vous raconterai mes souvenirs de jeunesse…

F. pour CQLG : Bien mon Général…

14976285_10154769148362922_1368713307_o

Fantassin, reporter de terrain à « C’est quoi la Gauche ».

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s