OuPoPo

Discours à la Jeunesse de Droite

C’est dimanche soir, il fait froid et vous ne savez que faire pour vous occuper avant l’apéro ? Heureusement, il y a l’OuPoPo !

Aujourd’hui, je vous propose un traitement OuPoPien du fameux « discours de Dakar » du président Nicolas Sarkozy. Le texte qui a servi de référence à cet OuPoPo se trouve ici : https://fr.wikipedia.org/wiki/Discours_de_Dakar.

La contrainte appliquée est dénommée « Général de Gauche », du nom de notre célèbre chroniqueur dont vous trouverez les billet ici. Raymond donne le détail de la contrainte ici.

Dans l’extrait qui va suivre on a remplacé : « l’Afrique » par « la Droite » ; « africain » et « d’Afrique » par « de Droite » ; « L’Europe » par « la Gauche » ; « d’Europe » et « européen » par « de Gauche » ; « L’Occident » par « l’Humanisme » ; « paysan » par « notaire » ; « moderne » par « de Gauche » ; les « continents du Monde » et les « civilisations » par les « mouvements politiques » ; « humaine » par « progressiste » ; « culture » par « courant » ; « musulmane » par « gaulliste » ; et enfin « colonisation » par « libéralisme ».

Le tout donne le « Discours à la Jeunesse de Droite » que je vous laisse le déclamer dans votre salon :

Je suis aussi venu vous dire qu’il y a en vous, jeunes de Droite, deux héritages, deux sagesses, deux traditions qui se sont longtemps combattues : celle de la Droite et celle de la Gauche.

Je suis venu vous dire que cette part de Droite et cette part de Gauche de vous-mêmes forment votre identité déchirée.

Je ne suis pas venu, jeunes de Droite, vous donner des leçons.

Je ne suis pas venu vous faire la morale.

Mais je suis venu vous dire que la part de Gauche qui est en vous est le fruit d’un grand péché d’orgueil de l’Humanisme mais que cette part de Gauche en vous n’est pas indigne.

Car elle est l’appel de la liberté, de l’émancipation et de la justice et de l’égalité entre les femmes et les hommes.

Car elle est l’appel à la raison et à la conscience universelles.

Le drame de la Droite, c’est que l’homme de Droite n’est pas assez entré dans l’histoire. Le notaire de Droite, qui depuis des millénaires, vit avec les saisons, dont l’idéal de vie est d’être en harmonie avec la nature, ne connaît que l’éternel recommencement du temps rythmé par la répétition sans fin des mêmes gestes et des mêmes paroles.

Dans cet imaginaire où tout recommence toujours, il n’y a de place ni pour l’aventure humaine, ni pour l’idée de progrès.

Dans cet univers où la nature commande tout, l’homme échappe à l’angoisse de l’histoire qui tenaille l’homme de Gauche mais l’homme reste immobile au milieu d’un ordre immuable où tout semble être écrit d’avance.

Jamais l’homme ne s’élance vers l’avenir. Jamais il ne lui vient à l’idée de sortir de la répétition pour s’inventer un destin.

Le problème de la Droite et permettez à un ami de la Droite de le dire, il est là. Le défi de la Droite, c’est d’entrer davantage dans l’histoire. C’est de puiser en elle l’énergie, la force, l’envie, la volonté d’écouter et d’épouser sa propre histoire.

Le problème de la Droite, c’est de cesser de toujours répéter, de toujours ressasser, de se libérer du mythe de l’éternel retour, c’est de prendre conscience que l’âge d’or qu’elle ne cesse de regretter, ne reviendra pas pour la raison qu’il n’a jamais existé.

Le problème de la Droite, c’est qu’elle vit trop le présent dans la nostalgie du paradis perdu de l’enfance.

Le problème de la Droite, c’est que trop souvent elle juge le présent par rapport à une pureté des origines totalement imaginaire et que personne ne peut espérer ressusciter.

Le problème de la Droite, ce n’est pas de s’inventer un passé plus ou moins mythique pour s’aider à supporter le présent mais de s’inventer un avenir avec des moyens qui lui soient propres.

Le problème de la Droite, ce n’est pas de se préparer au retour du malheur, comme si celui-ci devait indéfiniment se répéter, mais de vouloir se donner les moyens de conjurer le malheur, car la Droite a le droit au bonheur comme tous les autres mouvements politiques.

Le problème de la Droite, c’est de rester fidèle à elle-même sans rester immobile.

Le défi de la Droite, c’est d’apprendre à regarder son accession à l’universel non comme un reniement de ce qu’elle est mais comme un accomplissement.

Le défi de la Droite, c’est d’apprendre à se sentir l’héritière de tout ce qu’il y a d’universel dans tous les mouvements politiques progressistes.

C’est de s’approprier les droits de l’homme, la démocratie, la liberté, l’égalité, la justice comme l’héritage commun de tous les mouvements politiques et de tous les hommes.

C’est de s’approprier la science et la technique modernes comme le produit de toute l’intelligence progressiste.

Le défi de la Droite est celui de tous les mouvements politiques, de tous les courants, de tous les peuples qui veulent garder leur identité sans s’enfermer parce qu’ils savent que l’enfermement est mortel.

Les mouvements politiques sont grands à la mesure de leur participation au grand métissage de l’esprit humain.

La faiblesse de la Droite qui a connu sur son sol tant de mouvements politiques brillants, ce fut longtemps de ne pas participer assez à ce grand métissage. Elle a payé cher, la Droite, ce désengagement du monde qui l’a rendue si vulnérable. Mais, de ses malheurs, la Droite a tiré une force nouvelle en se métissant à son tour. Ce métissage, quelles que fussent les conditions douloureuses de son avènement, est la vraie force et la vraie chance de la Droite au moment où émerge un mouvement politique mondial.

Le mouvement gaulliste, la chrétienté, le libéralisme, au-delà des crimes et des fautes qui furent commises en leur nom et qui ne sont pas excusables, ont ouvert les cœurs et les mentalités de Droite à l’universel et à l’histoire.

Ne vous laissez pas, jeunes de Droite, voler votre avenir par ceux qui ne savent opposer à l’intolérance que l’intolérance, au racisme que le racisme.

Ne vous laissez pas, jeunes de Droite, voler votre avenir par ceux qui veulent vous exproprier d’une histoire qui vous appartient aussi parce qu’elle fut l’histoire douloureuse de vos parents, de vos grands-parents et de vos aïeux.

N’écoutez pas, jeunes de Droite, ceux qui veulent faire sortir la Droite de l’histoire au nom de la tradition parce qu’une Droite où plus rien ne changerait serait de nouveau condamnée à la servitude.

N’écoutez pas, jeunes de Droite, ceux qui veulent vous empêcher de prendre votre part dans l’aventure humaine, parce que sans vous, jeunes de Droite qui êtes la jeunesse du monde, l’aventure humaine sera moins belle.

Je dédie ces mots à Saladin.

Fantassin, ouvreur de politique potentielle à « C’est quoi la Gauche ».

 

Vous voulez vous essayer à l’exercice ?

N’hésitez surtout pas, c’est à consommer sans modération. Et envoyez nous vos plus belles créations (pour nous écrire c’est ici) nous les publierons avec plaisir. En plus de votre création, vous n’avez qu’à indiquer le nom de la « contrainte » que vous appliquez (ou que vous venez d’inventer – dans ce cas merci de l’expliciter en quelques mots) et nous mettre un lien vers le texte d’origine. Nous nous occupons du reste.

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s