Réflexions

J’aime me battre…

La guerre, c’est mal. Sur le fond, à moins d’être un salaud fini ou un économiste tordu qui pense que « une bonne guerre ça vous relance l’économie » (voir ici pour un usage malhonnête de cet argument), difficile de ne pas être d’accord avec cet adage.

Du coup, la guerre, on se débrouille pour, au choix:

  1. laisser les autres la faire pour nous (coucou les américains, les russes, l’Iran, Israël et compagnie) ;
  2. l’éviter à tout prix en baissant notre froc (coucou Munich, coucou les “lignes rouges” en Syrie) ;
  3. faire appel au bon sens et à l’efficacité prouvée de l’ONU (coucou l’Irak, le Darfour, La Crimée, la RDC, etc.).

Excellentes idées que celles là. La France vit depuis 1945 dans une sorte de monde merveilleux, où la guerre est quelque chose qui tend à devenir préhistorique. L’Indochine ayant été subtilement remplacée dans nos mémoires par l’échec cuisant des américains au Vietnam et l’Algérie n’ayant été qu’une opération de police, tout va très bien madame la marquise.

À tel point que jusqu’à début 2015, on se demandait presque – et notamment à gauche – pourquoi on s’emmerdait encore avec une armée et une industrie de Défense aussi importantes. À part faire les beaux au Mali, en Côte d’Ivoire, dans les DOM-TOM et sur les Champs Elysées le 14 juillet, vraiment, on ne voyait pas. A l’école, on m’expliquait même que « le monde n’a jamais connu une aussi grande période de paix depuis 1945 (laissez moi rire) ou en tout cas l’Europe ». Si seulement. La France est un pays qui n’a presque cessé d’être en guerre depuis 1945. Présence militaire permanente ou quasi permanente dans ses « zones d’influences » (entendez par là « anciennes colonies »), participation régulière à des coalitions internationales. Pourquoi pas, me direz-vous. Après tout, nous sommes un pays développé, nous sommes la 5ème puissance mondiale, et puis nous sommes la lumière du monde qui a pour mission d’exporter les Droits de l’homme parbleu!

Depuis janvier 2015, le pays, groggy, a soudainement redécouvert ce que signifiait la guerre (nous en parlions ici). Et par la même occasion, nos responsables politiques (pas ceux que Mary Hatch appelle de ses vœux ici), ont demandé non seulement de « sanctuariser » le budget de La Défense, mais surtout de le revoir à la hausse ! Après 30 années d’efforts communs des gouvernements de droite et de gauche pour le réduire à portion congrue, il y a de quoi rire… ou plutôt pleurer.

La Défense du pays relève des fonctions régaliennes de l’Etat. Sa responsabilité consiste à maintenir une vision stratégique claire, qui assure au pays d’endiguer une menace extérieure potentielle. Mais elle consiste également à s’assurer que tous les moyens sont pris pour avoir une capacité militaire en ordre de marche.

Moi, mec de gauche dont le grand père a traversé la France avec la 2ème DB, ça me parle.

Moi, mec de gauche dont le grand oncle a sauté sur Dien Bien Phu alors qu’on savait la bataille déjà perdue, ça me parle.

Moi, mec de gauche qui a des amis militaires qui sont envoyés au Sahel sans stratégie claire, ça me parle.

Je le disais en ouverture, la guerre, c’est mal. Mais préparer la guerre, c’est se donner les moyens de l’éviter.

René, mec de Gauche qui aime la bagarre à « C’est quoi la Gauche ».

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s