Réflexions

Erreur Système

Ici à « C’est quoi la Gauche » nous sommes résolument anti-système. Mais attention, pas de la même manière que les rebelles auto-proclamés que nous avons vu défiler sur les plateaux télé et les fils d’actualité lors des dernières campagnes électorales. Nous sommes contre le système dans le sens où nous nous revendiquons mécréants. L’idée de « système » n’est qu’un mirage qui renforce la frustration politique des citoyens et empêche de nourrir une véritable réflexion sur la vie de la cité.

À « C’est quoi la Gauche », si nous ne croyons pas au système, nous voulons en revanche à tout prix déconstruire les structures. Vous pensez qu’on joue sur les mots ? Pourtant il y a un abîme entre ces deux notions.

Explications :

Vous nous tapez sur le système

ErreurSyst_02
La main du Système, prête à vous saisir à la gorge (image: System Of A Down – Self Titled, 1998 // American Records )

L’idée de système est liée aux thèses complotistes. Elle laisse en effet supposer une cohérence programmatique, elle laisse entendre qu’un « cerveau » a présidé à sa fondation et à son fonctionnement, que tout est organisé et pensé pour servir un agenda privé. Il y a toujours quelqu’un derrière le « système ». Une caste, un groupe de pression, une élite : la finance, les banquiers, les francs-maçons, les juifs, les reptiliens, les professionnels de la politique. En voyant les effets de la main invisible, nous avons tendance en effet à nous figurer un marionnettiste cruel qui tire les ficelles de notre petit monde décadent. Il s’agit d’une erreur dangereuse ! La vision complotiste résulte d’une pensée magique au cœur des valeurs de la droite, qui survalorise le rôle des individus dans le déroulement des phénomènes sociaux. Cela ne marche pas car c’est tout simplement faux. La société telle qu’elle existe résulte de la somme certes articulée mais non coordonnée de nos arbitrages individuels.

Nous tombons bien trop souvent dans le mécanisme du bouc émissaire : nous nous trouvons un coupable idéal, soit totalement innocent, soit éminemment secondaire au problème que nous voulons résoudre. Nous organisons en grande pompe le procès d’un politicien véreux, en nous disant que désormais, c’en sera fini de l’impunité. Nous rendons la vie impossible aux immigrés, en nous disant que cela préservera notre prospérité nationale déclinante. Nous conspuons les institutions européennes, en nous disant que le retour à une réglementation nationale fera disparaître la bureaucratie, les dérives de la finance et fera revenir la croissance.

Rien qu’à énoncer ces sophismes, on met en lumière leur absurdité. La personnalisation des maux qui affectent la société nous rassure, mais ne résout rien. Le complotisme n’est qu’une méthode Coué au rabais qui nous détourne du sujet central : les structures.

Structurelle la vie

ErreurSyst_03
Raymond Perec disséquant les structures sociales devant l’équipe de « C’est Quoi la Gauche » médusée. (image: La Leçon d’anatomie du docteur Tulp, 1632, par Rembrandt, in Mauritshuis, La Haye)

Il ne faut pas jeter le bébé avec l’eau du bain. Si le « système » n’est qu’une fable, cela ne veut pas du tout dire qu’il faut se désintéresser du fonctionnement de la société. Au contraire ! A « C’est quoi la Gauche » nous sommes persuadés que les principaux problèmes que notre civilisation rencontre, et que les principales solutions que nous pouvons y apporter, sont d’ordre structurel.

On pourra toujours jeter l’opprobre sur tel ou tel homme politique dont la corruption a été révélée au public, on pourra toujours pester contre telle ou telle société qui a détruit un pan entier de l’écosystème, on pourra toujours se révolter contre telle ou telle compagnie qui  fait travailler des petits enfants dans des conditions indignes, on pourra toujours se scandaliser contre tel ou tel homme d’église dont les pratiques pédophiles sont révélées, cela ne résoudra absolument rien. Nous passons notre temps à dénoncer des individus sans s’attaquer aux règles qui conduisent mécaniquement aux abus. Les structures sont bien trop souvent négligées, alors qu’elles sont fondamentales !

Les structures sont d’autant plus complexes à modifier qu’elles développent une existence indépendante de la volonté consciente des individus qui les composent. Elles finissent par former un ensemble autonome, pour lequel personne n’estime porter la responsabilité. L’effort de connaissance et d’analyse du fonctionnement des structures sociales est donc essentiel pour permettre d’assurer l’amélioration de notre cadre de vie et la prospérité de la communauté. L’attitude de responsables politiques comme Manuel Valls, qui, alors Premier ministre, critiquait les sciences sociales en déclarant qu’«expliquer [les ressorts du terrorisme] c’est déjà vouloir un peu excuser » est proprement scandaleuse. Nous devons absolument comprendre. En effet il est essentiel d’identifier les causes des problèmes pour trouver les bonnes solutions. Cela relève du bon sens. Il est parfois possible de résoudre un problème en s’attaquant uniquement aux symptômes. Mais souvent le mal ne fait que proliférer. Comme disait l’autre, on ne résout pas les problèmes à l’aide des modes de pensée qui les ont engendrés.

Un exemple simple est développé dans nos articles précédents (voir ici et ) : pour lutter contre la corruption des députés, il faut changer la façon dont nous les payons et dont nous les faisons travailler. Les procès exemplaires ne changeront pas grand-chose à l’affaire.

Anti-système, tu perds ton sang-froid. Pense à toutes ces années de service… Impossible de moraliser une Institution pleine de vices !

Raymond Perec, rockeur du dimanche structuraliste pour « C’est quoi la Gauche ».

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s