Réflexions

Nos ancêtres sans culotte.

Nous le rappelions ici, non pas comme une évidence mais comme un programme, la Gauche, en tout cas celle dont nous portons les couleurs, est Patriote. Mais c’est quoi être Patriote ? En ces temps troublés où des minables tentent de masquer leur racisme crasse derrière ce noble mot, prenons quelques instants pour nous poser la question.

Les Gaulois ne sont pas nos ancêtres

Nous aimons bien les Gaulois, leur image d’Epinal nous fait rire. Ils renforcent le cliché du Français gouailleur, moustachu et obtus. Et à des fins humoristiques, nous aimons bien ce cliché. Et les vestiges antiques nous émeuvent, et certains d’entre nous ont fait du Latin au collège, alors les Gaulois, ça nous parle. Nombre d’entre nous aiment les châteaux et les chevaliers, voire faire semblant d’être des chevaliers quand ils visitent un château. Et nous comptons aussi parmi nous quelques passionnés d’histoire des invasions barbares et du bas empire romain, quelques amoureux de la Renaissance et de François 1er et même des initiés qui s’intéressent à l’histoire du christianisme, notamment en France, et à la cristallisation progressive de son dogme.

Astérix
Astérix le Gaulois – Albert Uderzo

Et pourtant les Gaulois ne sont pas nos ancêtres. Non seulement les Gaulois ne sont pas nos ancêtres mais politiquement, nous n’avons rien à faire des succès ou des défaites de Vercingétorix et de César. Henry IV, qui est un Roi que l’historiographie « populaire » rend sympathique, voire éclairé, n’est pas notre modèle politique et son conflit pour unifier le royaume sous sa bannière ne nous concerne pas. Quant à Jeanne d’Arc, cette chère Jeanne, si on met de côté le fait que nous pensons régulièrement à elle en espérant que nos responsables politiques lui foutent enfin la paix qu’elle a sans doute méritée, elle n’incarne pas grand-chose pour nous.

Notre France n’est pas la fille aînée de l’Église et nous n’avons que faire du baptême de Clovis.

Notre Patrie est née un jour d’été 1789…

La Révolution française, film Robert Enrico et Richard T. Heffron sorti en 1989, croisé avec Toi + Moi de Grégoire #croisonsles

Faisait-il chaud comme certains de ces redoutables mois d’Août, à Paris, en cet été 1789 ? Les députés de la Constituante ont-ils songé à mettre en place la circulation alternée des charrettes à cause d’un pic de pollution ? La voix des hommes qui participaient aux débats tremblait-elle un peu ? Comment se comportaient-ils, ces députés novices, à l’avant-garde d’un pays dont les convulsions donnaient le vertige au Monde ?

Le patriotisme est un acte politique. Comme tout acte politique il naît dans la volonté et la liberté, non dans la fatalité. Nous ne sommes pas patriotes par amour béat d’un lopin de terre ou d’un clocher. Nous ne sommes pas patriotes de par nos ancêtres « subis ». Il y a fort à parier qu’il n’y pas beaucoup de sang gaulois dans nos veines et le sang ne fait pas le vote. On vote avec son esprit, pas son intestin grêle.

Nous sommes patriotes par choix, par adhésion. Nous sommes patriotes parce que nous avons choisi nos ancêtres, parce que notre Patrie est une idée.

Notre amour de la Patrie est un acte d’adhésion politique. Notre Patrie, celle que nous aimons, est née le 26 août 1789 par un coup de tonnerre que l’on a entendu dans le Monde entier. Notre Patrie, notre France, est la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen.

Nos ancêtres politiques ce sont ces hommes et ces femmes qui se levèrent pour demander l’égalité des droits et qui proclamèrent, après avoir pris la Bastille et aboli les privilèges, que les « Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits ». Et seuls nos ancêtres politiques comptent. Ce sont eux qui nous ont faits, éduqués, élevés. C’est en eux que nous nous reconnaissons.

Qu’importent nos ancêtres culturels, qu’importent nos ancêtres biologiques. Qui peut dire avec certitude qu’il est le fils de son père ? En revanche nous savons tous qui sont ceux qui nous ont éveillé à la conscience et nous ont appris la justice.

C’est pour cela que notre patriotisme est ouvert, accueillant mais aussi indéracinable. Nul besoin de haïr le voisin quand on est ainsi Patriote. Notre patriotisme se partage. Il gagne en force quand son vent souffle chez d’autres peuples. La liberté pour tous, voilà notre patriotisme. Guerre au despotisme, où qu’il soit, voilà la défense de nos frontières. Et ne cherchez pas à nous écraser. Notre pays serait-il conquis et asservi, comme ce fut déjà le cas, notre patriotisme vivrait encore, et libérer les opprimés serait son programme.

1789 est un programme

Notre Patrie est 1789 et 1789 est un programme : l’émancipation, la souveraineté populaire, la liberté à la source d’organisation sociale… Et ce programme reste à accomplir. Sa réalisation, en plus de 200 ans, n’est que partielle (Raymond en disait déjà un mot ici). Mais il est toujours aussi nécessaire, toujours aussi moderne, toujours aussi révolutionnaire.

Notre patriotisme est l’adhésion à ce programme.

Notre patriotisme est politique et choisi. Il n’a de racine ni dans la Terre ni dans le sang. Il n’invoque que les morts qui le veulent bien, ceux qui eux-mêmes ont adhéré à ce  programme. Notre patriotisme est ouvert à tous, tous ceux qui veulent simplement vivre libres et égaux en droit.

Notre patriotisme est bien souvent paisible et pacifique. Il n’est pas un rêve de violence, car nous savons que le sang appelle le sang et que le malheur appelle le malheur. Notre patriotisme ne devient guerrier que pour défendre l’opprimé contre le tyran, car les tyrans, hélas, ne sont pas tous encore descendus au tombeau…

Vous vous demandez encore ce que veut dire être Patriote, lisez ceci.

Et la prochaine fois que vous entendrez quelque crâne rasé bas de plafond chanter la Marseillaise, souvenez-vous que s’il la comprenait, il chercherait à l’interdire.

La France des historiens

Petite leçon d’histoire à l’occasion du Bicentenaire de la Révolution Française par Les Inconnus

Notre Patrie est née en 1789, mais nous ne sommes pas (totalement) incultes. Bien entendu, la France, en tant qu’entité politique, géopolitique et sociale, existait avant 1789. Et bien entendu, 1789 s’explique (même si expliquer c’est déjà excuser comme dirait l’autre). Il est évident que l’historien doit rechercher sur le temps long les continuités et les « causes », ou du moins les faisceaux d’indices. Et nous connaissons les penseurs de la continuité entre l’Ancien Régime et la Révolution, dont un certain Tocqueville par exemple.

Il n’est même pas interdit de se choisir des symboles à toutes les époques et dans toutes les contrées. Après tout pourquoi pas Vercingétorix, pourquoi pas Jeanne d’Arc, pourquoi pas Richelieu ou Du Guesclin ?

Mais faire de l’Histoire ce n’est pas faire de la politique. Se choisir des symboles ce n’est pas subir un héritage.

Nous faisons ici un peu de politique et dès lors nous choisissons, en conscience, nos ancêtres politiques ; nous adhérons, en conscience, à certains idéaux.

Notre Patrie est née le 26 août 1789.

Fantassin, aoûtien sans culotte (et sans pantalon) de « C’est quoi la Gauche ».

 

Crédits image de une : Assassin’s Creed Unity, studio Ubisoft. On en parle bien entendu ici.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s